En juillet 2018 auront lieu les prochaines élections générales au Mexique. En 2012, le Président Enrique Peña Nieto était présenté comme le candidat capable de réduire l’insécurité, mais force est de constater que bien au contraire, six ans plus tard, le Mexique subit une véritable crise des droits humains. L’indignation suscitée au Mexique et à l’international par la disparition des 43 étudiants d’Ayotzinapa a permis d’ouvrir la boîte de Pandore et d’exposer d’autres cas emblématiques de cette crise.

A l’occasion de la journée internationale des victimes de disparitions forcées, PBI souligne les défis auxquels les victimes de disparitions forcées doivent faire face et célèbre leur combat en faveur de la justice.

Le 15 avril 2016 avait lieu la rencontre internationale "Berta Cáceres Vive". 400 représentants d'organisations nationales et internationales, dont le COPINH et les 11 organisations signataires de cette alerte, s'étaient réunis à San Francisco de Ojuera afin de commémorer l'assassinat de Berta Cáceres et ont fait l'objet de menaces, jets de pierre et coups de la part d'un groupe d'une trentaine de personnes armées de machettes et manifestant son soutien au projet hydroélectrique Agua Zarca de l'entreprise DESA. Une dizaine de personnes ont été blessées.

Suite à l'assassinat de la défenseure hondurienne Berta Caceres le 3 mars dernier, le député Noël Mamère a envoyé une question écrite au gouvernement, en collaboration avec PBI France, exprimant sa vive préoccupation après l'assassinat de Berta Caceres pour la défense des droits environnementaux au Honduras. 

Nous avions rencontré la collaboratrice de Monsieur Mamère en décembre dernier, lors de la visite du défenseur hondurien Donald Hernandez.

Un consortium de nombreuses organisations de la société civile hondurienne et européenne, dont PBI, adresse une lettre ouverte à la Haute Représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, et à la Commissaire européenne au commerce, Cecilia Malmström, exprimant leur vive préoccupation après l'assassinat de la défenseure hondurienne Berta Cáceres le 3 mars dernier.

Communiqué de presse

Les réseaux et organisations signataires, qui appuyons la défense des droits humains au Honduras, rejetons l’assassinat de la dirigeante autochtone lenca Berta Cáceres, coordinatrice du Conseil civique d’organisations populaires et autochtones du Honduras (COPINH), perpétré hier matin dans sa résidence de La Esperanza, Intibucá, Honduras.

Donny Reyes est le coordinateur général de l’association Arcoiris, une ONG qui défend les droits des personnes LGBT (Lesbiennes, Gays, Bi et Transsexuelles) au Honduras, et qui est accompagné par PBI  depuis 2015. Donny Reyes était en France du 5 au 8 octobre à l’occasion d’une tournée organisée par PBI France pour sensibiliser les autorités et l’opinion publique à la situation de la communauté LGBT au Honduras et aux risques que prennent ceux qui défendent leurs droits.

Le vendredi 22 janvier, journée des avocats en danger, sera consacrée au Honduras. Partout en Europe, auront lieu des manifestations devant les ambassades et consulats du Honduras, en solidarité avec les avocats et défenseurs des droits humains honduriens menacés, agressés et assassinés pour leur travail de défense de la loi et des droits humains.

L’objectif de cette Alerte est d’attirer l’attention de la communauté internationale sur la situation sécuritaire de la journaliste indépendante Dina Meza, accompagnée par les Brigades de Paix Internationales (PBI) depuis mai 2014. PBI est préoccupé par l’augmentation des incidents de sécurité rapportés le mois dernier en raison de son travail de journaliste et de ses activités de femme défenseure des droits humains.

Pages

S'abonner à Assassinats